"> Faits Divers - Condamnés et peine de mort aux - Blogboyerhistory | Bloguez.com
 

Blogboyerhistory | Bloguez.com

  


 

 

 Franklin DeWayne Alix, un Noir de 34 ans condamné à mort pour le meurtre d'un homme en 1998 à Houston au Texas, a été exécuté mardi par injection dans cet Etat du sud des Etats-Unis, a-t-on appris auprès des autorités pénitentiaires de l'Etat

 

La mort a été prononcée à 18H20 (23H20 GMT), sept minutes après le début de l'injection létale, a-t-on précisé de même source.

Selon le ministère de la Justice du Texas, Franklin DeWayne Alix, alors âgé de 22 ans, avait tué d'une balle dans le dos un homme dont il avait auparavant kidnappé et violé la soeur.

"J'ai fait pas mal de bêtises et des mauvais choix (...). Je pars le coeur en paix", a dit le condamné avant d'être exécuté, selon la retranscription fournie par les autorités.

Il s'agit de la cinquième exécution au Texas depuis le début de l'année, la 452e depuis le rétablissement de la peine de mort en 1976.

La semaine dernière, Hank Skinner, un autre condamné à mort, avait vu le funeste compte à rebours s'arrêter moins d'une heure avant son exécution. La Cour suprême lui a en effet accordé un sursis le temps de décider si elle examine sur le fond sa demande de tests ADN pour prouver son innocence.

Le Texas est l'Etat des Etats-Unis qui exécute le plus de condamnés.

 

 

Les plus récents des condamnés à mort aux USA: leur crime, les derniers mots qu’ils ont prononcé avant de mourir et la date de leur exécution.

Dale Leo Bishop

leo-bishop Exécuté le 23 juillet 2008

Il avait  tué un de ses compagnons, Mark  Gentry à coup de marteau pour avoir embêté son petit frère.

« A la famille de Mark, je veux exprimer mes sincères regrets. C’était un acte insensé. C’était un acte inutile. Le monde est moins bien sans lui.  A ma famille, je vous aime. Tout ira bien. Pour ceux qui s’opposent à la peine de mort, et veulent la voir abroger, le mieux est de voter pour Barack Obama parce que ses partisans travaillent en coulisse contre cette pratique. Dieu bénisse l’Amérique. Ce fût formidable de vivre ici. C’est tout. »

Source.

Derrick Johnson

derrick-johnsonExécuté le le 30 avril 2008

Avec un complice, il vole à Curry LaTausha, une femme noire les 10 dollars qu’elle possède, ils la poussent dans une voiture et la violent, puis l’étouffent avec un tee-shirt.

« Ne pleurez pas. C’est ma situation. Je l’ai méritée. Tenez bon. Ca va briller sur l’enfant d’or.  »
Après avoir dit à son amie qu’il l’aimait, Johnson termine: « Ceci conclut le communiqué. »

Michael Rosales

michael-rosalesExécuté au Texas le 15 avril 2009

Lors d’un cambriolage il est surpris par la maîtresse de maison, une femme de 60 ans. Il s’empare d’un couteau de cuisine et lui en donne 137 coups. Puis il l’achève avec un objet lourd.

« Non, je vous aime. Puisse le seigneur être avec vous. Paix, je suis fait. »

Source.

Willie Pondexter

willie-pondexterExécuté au Texas le 3 mars 2009.

Il entre dans la maison d’une dame âgée de 85 ans, Marta Lennox, la trouve dans son lit, la tue d’une balle dans la tête, ressort avec 18 dollars et part dans une voiture.

« Eh bien, voilà ce que je veux dire. Ils peuvent m’exécuter mais ils ne peuvent pas me punir car ils ne peuvent pas exécuter un homme innocent. Je ne suis pas fou. Jack Herrington, je ne suis pas fou. On vous a donné un travail à faire mais ce n’est ni ici ni là-bas. Je ne suis pas fou. Je suis déçu par les tribunaux. Ce que je ressens est que j’ai été bouleversé et abattu par eux. Mais c’est O.K. J’ai juste joué la main que la vie ma distribué. Regardez ma vie et tirez en des leçons. J’ai beaucoup de remords au sujet de ce que j’ai fait. Je demande pardon. Pour mes enfants, papa vous aime. Irene Wilcox, Je vous remercie. Cela a été un long voyage. Merci d’être là. Dites bonjour à Jack. Je sais que je suis en tort, mais je vous demande à tous de me pardonner. »

Source.

David Martinez

david-martinezExécuté au Texas le 4 février 2009

Il tue à coups de batte de base-ball sa compagne, Carolina Prado, agée de 37 ans et le fils de celle-ci, 14 ans.

« Oui, rien de ce que je peux dire ne peut changer le passé. Je demande pardon. Dire désolé ne va pas changer quoi que ce soit. J’espère qu’un jour vous pourrez trouver la paix. Je suis désolé pour toute la douleur que je vous ai causée durant ces années. Il n’y a rien d’autre que je pourrais dire qui puisse vous aider.

Mija, Je t’aime. Sis, Cynthia, et Sandy, occupez vous d’eux et ce sera OK. Je suis désolé de vous impliquer en cela aussi. Je ne peux pas changer le passé. J’espère que vous trouverez la paix, et sachez que je vous aime. Je suis désolé. Je suis désolé et je ne peux rien y changer. »

Source.

Robert Hudson

robert-hudsonExécuté au Texas le 20 novembre 2008

Il tue une femme noire de 35 ans, de 7 coups de couteau dans le torse. Le fils de celle-ci tente de s’interposer et reçoit deux coups de couteau dans la gorge, alors il se réfugie chez le voisin, qui appelle la police.

Il n’aura pas un regard pour la famille de sa victime en disant:

« Je vous aime tous. Vous avez été là pour moi, dans tout çà. Réconfortez vous mutuellement. Je vous aime tous. Je vous emporte avec moi au Paradis. Je serai toujours avec vous. Je t’aime, Chantal. Je t’aime, Zena. Dis à Robin que je l’aime, elle est la seule et unique. C’est une belle enfant. Je vais prier avec cet homme ici et nous réciterons le Notre Père ». (Il récite la prière). « Chantal je t’aime Je t’aime bébé. Je suis à toi, et nous sommes un. Allons-y, Warden. »

Source.

Joseph Ray Ries

joseph-riesExécuté au Texas le 18 septembre 2008

En 1999 il tue de plusieurs balles un homme de 64 ans, dans son lit, Robert Ratcliff. Il vivait avec cet homme qui l’avait chassé de sa maison. Il revient tard dans la nuit, vole les clés de sa voiture et l’abat.

« Laura, Je t’aime, restez forts. Jésus reviendra bientôt. Danny, quelque chose nous sortira de là. Je vous verrai, gardez toute votre tête.  Pour vous tous, je suis vraiment désolé pour ce que j’ai fait. J’espère que vous pourrez voir la vidéo à la fin du procès, ainsi vous connaîtrez la vérité. Je prie pour que vous trouviez la paix par le salut. Comme mon Seigneur, le Roi de ma vie, trouvez le salut par le Christ. J’espère qu’il vous guérira le coeur. La vérité est que vous allez vous sentir vide après ce soir. Restez avec le Christ dans votre coeur, Il ne peut que vous donner la paix. Je prie pour que vous puissiez la trouver, je le fais vraiment.
Je t’aime Laura. Je t’aime Danny. Je t’aime Irene. (Il chante).  Notre Dieu est un Dieu génial. Seigneur, Je porte ton nom au plus haut. « 

 

 

 

 

Timothy Mc Veigh

Exécuté le lundi 11 juin 2001, à l’âge de 32 ans, au Pénitencier fédéral de Terre-Haute, en
Indiana.

Le premier condamné à mort exécuté par l’Etat fédéral depuis la présidence de John F. Kennedy. C’est l’auteur de l’attentat d’Oklahoma en 95 qui a fait 168 morts et 500 blessés. Il a fait sauter un bâtiment tout entier avec ses occupants.

Timothy Mc Veigh a décidé de mourir les yeux ouverts, sans sourciller, en fixant la caméra placée au plafond au-dessus de la table des exécutions. A l’extérieur, faute de place, 231 survivants ou parents des victimes suivaient l’exécution en direct sur écran géant, à Oklahoma City. Lorsque le gardien lui a demandé si il souhaitait faire une dernière déclaration, il n’a rien répondu. Une minute entière est passée avant que le gardien-chef décide de passer à la suite

 

 

 

 

MATCHETT Farley

Tags : chaise electrique injection Etats Unis executes Condamnes mort
Category : Faits Divers | Comments (0) | Write a comment |

Histoire Espagne - Grippe espagnole de 1918 - Nombre de morts

Added 10/4/2010

 

Histoire Espagne - Grippe espagnole de 1918 - Nombre de morts

 

 

Dans les années 1918 et 1919, la grippe espagnole a tué de 40 à 70 millions de personnes dans le monde. Plus que la peste noire pendant la guerre de Cent ans !!! En quelques mois seulement, elle a fait plus de victimes que la Première Guerre mondiale qui se terminait à peine....Il convient de préciser que l'on dispose de très peu d'archives et de surcroit précise sur cette pandémie plus meurtrière que jamais .Contrairement à une idée reçue, ça n'est pas dans les villes qu'elle fait le plus de ravage, mais dans le monde rural. Elle tue plutôt les gens modestes, ceux qui se soignent mal. Peu les notables.

 
La guerre seule en cause ?

Les médecins , scientifiques et historiens contemporains n’ont pas césser d’accuser la guerre d’être responsable de cette pandémie meurtrière.
Qui, sinon l’universelle boucherie, aurait pu de la sorte transformer une maladie bénigne en une terrible catastrophe ? Et cependant, les neutres comme les belligérants, Copenhague ou Stockholm comme Paris ou Berlin, ont été également frappés. Plus que sur la guerre elle-même, aujourd’hui les historiens jettent un oeil de blâme sur la folle croissance des transports en tous sens, par rail ou par mer, croissance encore accélérée par les hostilités.
Favorisant d’énormes rassemblements au front et à l’arrière dans des trains bondés de permissionnaires, multipliant les contacts entre les troupes et la population, la guerre a provoqué une sorte d’« égalisation bactérienne » entre catégories sociales, zones urbaines et rurales, faisant ainsi sauter les défenses contre la contagion, d’où peut-être la réputation « démocratique » de la grippe (en partie usurpée) qui, tout en réservant aux différents groupes d’âge des destins contrastés, n’en attaque pas moins assez uniformément les individus quelle que soit leur origine sociale.
 
 
Le transport maritime et l’internationalisation de la pandémie de la Grippe " Espagnole"

Sillonnant les trois océans, des transports et navires de tout tonnage ont été un vecteur de transmission de la grippe "espagnole" non négligeable. Ces déplacements massifs ont propagé la contagion sur les continents du monde entier. Certaines populations d’Afrique subsaharienne, d’Amérique (Inuits et Indiens de l’Alaska) et d’Océanie (Maori) ont essuyé des mortalités effroyables (entre 27 et 80‰). Un cinquième de la population des Samoa occidentales (sous administration néozélandaise) a péri sous les assauts de la pandémie – une véritable décimation.

 

D’origine asiatique, supposée être chinoise, mais finalement inconnue (et sûrement pas espagnole), elle acquit son caractère mortel aux Etats-Unis. Puis, par l'Europe et ses Colonies, l'infection s'est rapidement répandue à travers le monde. Elle a couvert l'Amérique du Nord en sept jours à peine et conquis le reste du monde en trois mois.

Sur le plan technique, ses caractéristiques pathogènes propres ne sont pas étudiables du fait de l’absence de souche, aucun prélèvement n’ayant pu être conservé en suffisamment bon état.

C’est donc seulement en étudiant la famille des grippes, dans leur ensemble, que l’on peut en comprendre ses mécanismes qui se résument à ceci : une très forte contagiosité induisant un comportement épidémique, puis pandémique, une forte variabilité entraînant une virulence variable, ainsi que le fait que, finalement, ce virus ne fait qu’affaiblir les défenses immunitaires, et n’est pas en lui-même source de décès. Ce sont les complications qui accompagnent la grippe qui sont mortelles en fonction du degré d’affaiblissement de l’organisme. L'absence d'antibiotique -qui aurait non pas stopper la maladie virale, mais les complications bactériologiques, fut également déterminante.


La grippe espagnole de 1918
envoyé par apocalyptique01. - L'info internationale vidéo.

Enfin, en ce qui concerne les conséquences, l’élément essentiel est la prise de conscience de la menace biologique à l'échelle mondiale, qu’une épidémie débutant en Chine pouvait finalement menacer la population des USA, de l'Europe, et de l’ensemble des états du monde. Il s’en suivit la création -par la SDN- d’un organisme de Santé et de surveillance médicale mondiale, qui devint plus tard l’OMS.

Il est aussi à noter, vu le cycle de réapparition des épidémies de grippe mortelle s’espaçant, au maximum constaté, de 39 ans, la dernière datant de 1968, l’OMS prévoit "statistiquement" l’apparition d’une pandémie de grippe mortelle d’ici 5 à 10 ans. Voilà pourquoi, depuis quelques années, un certain nombre d’études sont soudainement consacré au virus de la grippe espagnole, certaines visant à en récupérer des souches intactes, tangiblement étudiables.

 

 La Pandémie de Grippe "Espagnole" de 1918 :

    
3) Le Bilan de la pandémie de la Grippe "Espagnole" :

  Du fait, sans doute, de la priorité militaire de l’époque et malgré la virulence de cette pandémie mondiale aucune étude scientifique approfondie ne fut entreprise. Seul, ça et là, des médecins isolés écrivirent de petits traités exposant les symptômes constatés, des statistiques de contamination ou des taux de mortalité. Les rares prélèvement conservés (exemple : dans la paraffine) s’avèrent aujourd’hui dégrader et inutilisables.
  On a par ailleurs constaté que la pandémie de 1918-1919 fut essentiellement caractérisée par 3 faits :
    -Un taux de mortalité induit (ce n’est pas la grippe qui tue directement) effrayant, avec une moyenne d’environs 3 % des grippés sur l’ensemble de la planète.
    -Une morbidité extrêmement élevée, c’est à dire un très grand nombre de cas, estimée de 50 à 70 % de la population mondiale atteinte. Ceci s’expliquant par le fait qu’il s’agissait d’un virus grippal de type nouveau vis-à-vis duquel la population ne possédait aucune immunité.
    -Une courbe de mortalité tout à fait anormale, avec un pic sur les 20-40 ans, notamment au alentour de 30 ans.

  Ainsi, sur une population mondiale estimée à l’époque à environ 1 milliard 900 millions d’individus, l’ensemble des estimations évaluent à plus de 1 milliard le nombre de personnes atteintes par ce virus, sans distinction de continent, d’ethnie ou du niveau technologique de leur civilisation. Au contraire, bien que le taux de mortalité fut plus élevé chez les tribus primitives, du fait de l’absence de soin, ce fut les civilisations urbaines et industrialisées, à fortes concentrations de population, qui furent les plus touchées du fait qu’elles favorisaient la propagation rapide du virus.
  Au niveau humain, on estime le nombre de victimes compris entre 21 millions (d’après l’Institut Pasteur) et 50 millions d’individus (d’après l’OMS). Le consensus international penchant plutôt pour la première évaluation, et tranchant au alentour de 30 millions de victimes.
  Plus précisément, au cours de ces différentes vagues, les USA, premier pays touché, perdirent près de 549 000 citoyens, la France, modeste pays face aux USA en perdit pourtant près de 408 000, la Grande-Bretagne 220 000 "seulement". De l’Allemagne et de l’Autriche, alors dans le chaos de la défaite, ne ressortent aucune étude statistique. Globalement, en Europe occidentale, ce fut sans doute près de 2 à 3 millions de morts. L’Inde et la Chine, comme on l’a vu précédemment, eurent chacune environ 6 millions de morts. Le Japon en eut près de 250 000.
  Pour les autres pays, tels que les colonies africaines, l’Amérique du sud, l’Océanie, la Russie (alors en pleine refonte communiste), il n’est fait mention nulle part de quelconque statistique, mais on peut, en fonction des populations de l’époque et de la mortalité moyenne, y estimer le nombre de morts total à près de 6 millions. Probablement plus. On obtient ainsi de 20,5 millions à 21,5 millions de morts dus à cette pandémie.

 

La pandémie de 1918-1919 à été la première grande de l’ère moderne,et avec plus de 20 millions de morts, la plus grande de tous les temp

 

 

 

Les propriétés de la grippe "espagnole"

 

Ce qu'il y a de surprenant, en premier lieu, chez ce virus, comme chez tous les virus de la grippe, c'est sa contagiosité. C'est cela qui lui permit de se propager à une telle vitesse, en lui permettant de devenir une pandémie mondiale.

En cinq jours, une petite ville (1 000 habitants), où seuls quelques cas étaient répertoriés, pouvait se trouver à genoux avec près de 200 grippés, cloués au lit, entraînant la mort de 20 à 40 de ces individus, ce qui représente jusqu'à 20% de mortalité. L'épidémie une fois arrivée en un lieu donné, du fait que les malades transportent et propagent le virus durant les deux premiers jours de leur infection, demeurent sans symptômes, toutefois le virus avait contaminé dès la première semaine, avant même les premiers morts, une impressionnante portion de la population. La morbidité (portion de cas de grippe dans une population) était extrême, près de 30 % de la population était atteinte après 15 jours. Un pic de mortalité était observé du 15e au 30e jour de l'épidémie, suivi d'une décroissance lente du nombre de cas. Ce n'était généralement qu'au bout de deux mois que l'épidémie s'essoufflait, poursuivant ailleurs son œuvre.

La virulence de cette épidémie avait également de quoi surprendre. La grande majorité des cas demeuraient bénins, les symptômes ne différant guère de ceux d'une grippe habituelle, avec les « atouts » de la première vague en plus (haute contagiosité). Et dans la plupart des cas, les symptômes ne durant que de trois à cinq jours, suivis d'une amélioration rapide. Il en fut tout autrement pour les cas graves. Après un ou deux jours de symptômes bénins, l'état du malade empirait rapidement : l'atteinte pulmonaire devenait alors évidente. Le malade, prostré, se plaignait de douleurs dans la poitrine, son visage devenait violacé, une mousse sanguinolente s'échappait de ses lèvres. En quelques heures, plus de la moitié de ces cas se terminèrent par l'issue fatale, à savoir la mort.

Dans l'ensemble, ce ne fut non pas la grippe en elle-même, mais les complications pulmonaires qui la suivirent qui furent ainsi la cause principale des cas mortels. Avec les grippes précédentes, seuls 1 % des grippés présentaient des complications pulmonaires plus ou moins graves, et parmi ceux-ci, seuls 1 % des cas était mortels. Avec cette vague de grippe espagnole, ce fut près de 15 à 30 % des grippés qui présentèrent des complications pulmonaires, et environ 10 % de ces cas eurent une issue fatale.

Soit, sur une population de 10 000 grippés, 100 complications pulmonaires, 1 décès pour les épidémies communes. Pour une épidémie de grippe espagnole, il y avait de 1 500 à 3 000 complications pulmonaires et de 150 à 300 décès.

Jusqu'à 300 fois plus de morts.

Il est à noter, et c'est une spécificité de cette grippe, la courbe de mortalité est anormalement haute pour la tranche d'âge de 20 à 40 ans, qui représenta 50 % des décès, avec un pic anormal de la mortalité vers 30 ans. Cette tranche d'âge étant habituellement et clairement la moins touchée.

Bien que les personnes plus âgées (notamment vers 60 ans), les adolescents et les nourrissons subirent une morbidité particulièrement élevée, ils ne subirent pourtant pas davantage de pertes (mortalité) qu'à l'accoutumée. Le nombre de complications pulmonaires ainsi que la mortalité restant étrangement faibles au regard de la virulence de cette épidémie et de leur grande vulnérabilité habituelle face aux grippes, telle celle de 1957, ou d'autres, même anodines.

La cause de ces anomalies de répartition de la mortalité, ainsi que de sa forte mortalité, plus encore celle des adultes, reste aujourd'hui encore inconnue

Tags : pandemie Nombre de morts Grippe espagnole Espagne
Category : Faits Divers | Comments (0) | Write a comment |

Suicide de l'acteur John Costelloe - Johnny Cakes Série Tv "les Sopranos"

Added 18/4/2010

 

 

Suicide de l'acteur  John Costelloe - Johnny Cakes Série Tv "les Sopranos"

 

L'acteur John Costelloe, 47 ans, a été retrouvé mort le 18 décembre 2008 dans son appartement de Brooklyn, d'une balle dans la tête. L'enquête de police confirme bien qu'il s'agit d'un suicide.  On revanche, on ne connait toujours pas la raison de son acte désesperé.

 

 

Suicide John Costelloe - Johnny Cakes


Biographie

John Costelloe A.  est né le 8 Novembre 1961 et décédé le 18 Décembre  2008. Il était un acteur américain connu pour son rôle de Jim "Johnny Cakes" Witowski , l'amant gay pompier de Vito Spatafore , dans le HBO TV série Les Soprano . Costelloe, a former FDNY firefighter in real life, died on December 18, 2008 of a self-inflicted gunshot wound in his Sunset Park home in Brooklyn . Costelloe, un ancien du FDNY pompier dans la vie réelle, est décédé le 18 Décembre 2008 d'une balle auto-infligées sa blessure à Sunset Park maison dans Brooklyn . Il avait 47 ans. Les amis et la famille ont été surpris par la mort, et apparemment sans réponses pour sa cause. Peu de temps avant sa mort, Costelloe avait joué un débrouillard dans la pièce à succès de Gang of Seven.

 

 

 


John Costelloe  connu pour son rôle de Jim "Johnny Cakes" Witowski dans la série "Les Sopranos." Il y jouait un pompier homosexuel qui tombait amoureux de Vito Spatafore, interprété par Joseph Gannascoli. Ce dernier, un de ses plus vieux amis,  ne comprend pas ce qui a pu se passer  : "Je suis sous le choc de cette terrible nouvelle, et j'ai encore du mal à le croire... Je n'avais jamais remarqué une quelconque dépression chez lui. J'ai adoré tous les moments que nous avons pu passer ensemble..."
 
John Costelloe a également joué au cinéma - "Black Rain" , "58 minutes pour vivre" , "Billy Bathgate"-  Le 11 février prochain sortira son prochain film "Dans le doute",  qu'il avait tourné avec Philip Seymour Hoffman et de Meryl Streep.

Tags : Acteur les Sopranos Suicide John Costelloe Johnny cakes
Category : Faits Divers | Comments (0) | Write a comment |

Condamnés et peine de mort aux Etats-Unis

Added 6/4/2010

Condamnés et peine de mort aux Etats-Unis

 

 

La Peine de mort aux États-Unis est appliquée au niveau fédéral et dans trente-cinq États fédérés sur cinquante que comptent les États-Unis.

La Cour suprême des Etats-Unis a décidé que la peine de mort ne viole pas la Constitution, dans la mesure où les exigences de la procédure légale et de l’égalité devant la loi sont respectées. Dans trente-sept des Etats où ce châtiment est en vigueur, chaque sentence de mort est automatiquement réexaminée par une cour d’appel. Dans le trente-huitième Etat, l’accusé a le droit de renoncer à ce réexamen. Quant aux procédures fédérales concernant la peine de mort, elles ne prévoient pas un réexamen automatique. En 2002, la Cour suprême a interdit l’exécution de criminels souffrant de déficiences mentales parce que cette peine serait un châtiment “cruel et inhabituel” interdit par le 8e Amendement à la Constitution américaine. En 1986, la Cour suprême a interdit l’exécution de personnes en état de démence. La Cour suprême a décidé qu’imposer la peine de mort aux criminels au-dessous de l’âge de 16 ans est une violation du 8e Amendement à la Constitution.

Un sondage Gallup d’octobre 2006 a montré que 65 pour cent des Américains sont encore favorables à la peine de mort. L’application de la peine de mort continue à faire l’objet de débats et de controverses animés dans l’opinion publique américaine.condamnés à mort USA

 

Farley Matchett

a été exécuté le mardi 12 septembre 2006 par l'Etat du Texas. Il avait 43 ans. Selon le Code Pénal texan, Farley Matchett a été inculpé pour légitime défense. En juillet 1991, il réclame une dette vieille de huit mois à une connaissance. La discussion s’envenime vite, les deux hommes en viennent aux mains, un couteau est sorti, Farley le retourne contre son adversaire, celui-ci meurt quelques heures plus tard à l’hôpital, Farley avait pourtant prévenu aussitôt les secours...
Après 36 heures d’interrogatoire musclé, Farley signe des aveux. Un avocat lui est commis d’office, ce dernier lui conseille de plaider coupable pour éviter la condamnation à mort. Le procès dure quatre jours, du 22 au 26 février 1993, mais l’avocat de Farley ne fait aucune objection aux arguments de l’accusation. En
1996, Farley est débouté devant la Cour d’appel du District, puisque son avocat ne présente toujours aucune objection. Objection qui aurait pu lui permettre l’ouverture d’un nouveau procès. Durant tout le procès la victime est présentée comme étant de race blanche. En juin 2000, une nouvelle avocate se procure le rapport d’autopsie qui mentionne que la victime est noire. Si la victime avait été présentée comme telle durant le procès, Farley n’attendrait sûrement pas dans un couloir de la mort…

Kenneth Lee Boyd est le 1000ème condamné à mort à avoir été exécuté aux Etats-Unis depuis le rétablissement par la Court Suprême des USA de la peine capitale en 1976.

samedi 3 décembre 2005.

Kenneth Lee BoydLa mort de Boyd, 57 ans, a été prononcée à 2h15 locales (7h15 GMT), a déclaré Pam Walker, la porte-parole de l’administration pénitentiaire. Dans une interview accordée à l’Associated Press dans sa prison mercredi, Kenneth Boyd a souligné qu’il ne voulait pas de la distinction abominable d’être le 1.000e exécuté aux Etats-Unis. "Je détesterais qu’on se souvienne de moi uniquement pour ça. J’ai horreur de l’idée de n’être qu’un numéro".

Sa mort est intervenue après le rejet de son appel auprès de la Cour suprême des Etats-Unis et de son recours en grâce par le gouverneur de Caroline du Nord Mike Easley. "Après avoir réétudié avec attention les faits et les circonstances de ces crimes et de ces condamnations, je ne vois aucune raison d’accorder la grâce et de renverser les verdicts obtenus à l’unanimité par le tribunal fédéral et celui de l’Etat", a déclaré le gouverneur Easley dans un communiqué publié quelques heures avant l’exécution.

Kenneth Boyd n’a jamais nié le meurtre en 1988 de sa femme, 36 ans, dont il était séparé après 13 années d’un mariage présenté par la famille comme orageux, et de son beau-père alors âgé de 57 ans. Boyd a passé ses dernières heures à recevoir des membres de sa famille et des amis avant de prendre son dernier repas. L’un de ses quatre fils, Kenneth Smith, 35 ans, lui a rendu visite à 22h00 (3h00 GMT). Deux de ses fils, mais pas Kenneth Smith, étaient présents en 1988 quand Boyd a abattu leur mère et son père dans un accès de colère.


 

Paul Warner Powell

 

 

Les faits se sont déroulés en janvier 1999 en Virginie aux Etats-Unis. Paul Warner Powell, âgé à l'époque de 20 ans, a poignardé une amie âgée de 16 ans au domicile de celle-ci. Puis il a attendu sa soeur de 14 ans, l'a violée et poignardée également, la laissant pour morte. Mais celle-ci a survécu.

Il a d'abord été condamné à la peine capitale en 2000 mais ce verdict avait été annulé en appel. Pensant qu'il ne risquait plus rien, Paul Warner Powell avait écrit une lettre aux procureurs, dans laquelle il se vantait de les avoir bernés et donnait des détails horribles sur les circonstances du meurtre.

Un nouveau procès a été organisé et, tenant compte de cette lettre, le jury l'a condamné à mort en 2003. Il a été exécuté jeudi par électrocution. C'est le deuxième condamné à choisir la chaise électrique plutôt que par injection mortelle, la méthode la plus utilisée aux Etats-Unis.

 

James Clark es Clark, un américain de 38 ans, a été condamné à mort pour le viol et le meurtre d'une jeune fille de 17 ans. Il a été exécuté mercredi à la prison de Huntsville (Texas, sud), a annoncé l'administration pénitentiaire de cet Etat.

James Clark a été déclaré mort à 18H17 (23H17 GMT), sept minutes après le début de l'injection mortelle, a-t-on précisé de même source.

Souffrant d'un retard mental avéré, le condamné a semblé ne pas se rendre compte de ce qui se passait. Interrogé pour savoir s'il désirait faire une dernière déclaration, il a répondu avec un petit rire: "euh! je ne sais pas". "Je ne sais pas quoi dire", a-t-il ajouté au bout de quelques secondes puis, s'apercevant qu'il y avait des témoins venus assister à son exécution dont son beau-père, il a dit: "Oh! je ne savais pas qu'il y avait quelqu'un ici. Salut". Il a essayé d'ajouter quelque chose mais, les drogues commençant à produire leurs effets, il a été incapable de prononcer d'autres mots.

Une nuit de juin 1993, une jeune fille de 17 ans, Shari Crews, a été dépouillée, violée et tuée d'une balle dans la tête. L'un de ses amis, Jesus Garza, 16 ans, a lui aussi été tué par balle. Leurs deux corps ont été retrouvés le lendemain dans une rivière près de Denton (Texas).

James Clark, alors âgé de 25 ans, a été arrêté le jour même parce qu'il venait de tirer dans la jambe de son complice, James Brown. L'enquête a prouvé que le sperme retrouvé sur la victime était le sien, et que le sang décelé sur ses chaussures était celui des deux victimes.

Jugé pour les vols et le meurtre du jeune homme, James Brown a été condamné à 20 ans de prison, uniquement pour les vols. Reconnu coupable du viol et du meurtre de la jeune fille, James Clark a été condamné à mort.

En 2002, la cour d'appel criminelle du Texas avait reporté une première date d'exécution afin d'examiner un recours faisant valoir que M. Clark souffrait d'un retard mental qui interdisait de l'exécuter, en vertu d'une décision de la Cour suprême en 2002.

Si la décision laisse à chaque Etat le soin de donner une définition à ce retard mental, la limite est communément fixée à 70 de quotient intellectuel (QI). En avril 2003, un expert a évalué le QI de James Clark à 65. Mais l'accusation a fourni un autre test, réalisé 20 ans plus tôt, quand le condamné était adolescent, évaluant son QI à 74.

Faisant valoir que le test le plus ancien était le plus fiable parce qu'alors James Clark n'avait aucun intérêt à feindre la débilité, et relevant que dans sa cellule, le condamné lisait beaucoup et faisait des mots croisés, la cour d'appel criminelle du Texas a estimé en 2004 qu'il pouvait être exécuté.

Amnesty International avait réclamé que la peine de James Clark soit commuée en réclusion à perpétuité, comme cela a été le cas de plusieurs autres condamnés à
mort texans au QI inférieur à 70.

James Clark est le 13e condamné exécuté cette année aux Etats-Unis, où plus de 3.300 détenus attendent dans les couloirs de la mort. Une seule de ces exécutions n'a pas eu lieu au Texas.

Selon Amnesty International, cette exécution porte à 152 le nombre de grâces refusées par le gouverneur du Texas, Rick Perry, qui atteint ainsi le record de son prédécesseur, George W. Bush.

Plus d'une dizaine d'autres Etats américains ont en revanche suspendu leurs procédures, le plus souvent en raison de la remise en cause de la méthode
de l'injection mortelle, qui peut être terriblement douloureuse si elle est mal administrée.

 

 Darlie Lynn Routier

Un soir de juin 96, la maison de Darin et Darlie Routier est cambriolée.

Le ou les intrus assassinent deux des trois enfants Routier avant de s'en prendre violemment à Darlie. Elle finit à l'hôpital, dans un état grave.

La justice texane, précédée puis relayée par une campagne médiatique sans précédent, l'accuse de meurtre et la condamne à la peine de mort : Darlie Lynn Portier a tué ses deux enfants avant d'essayer de se suicider.

Depuis, Darlie attend sa date d'exécution dans le couloir de la mort de Gatesville, au Texas. 23 heures sur 24 dans une cellule de 6 pieds sur 9.

 

>

Elle n'a pas le droit de toucher les membres de sa famille, elle ne peut pas embrasser son seul fils survivant, bébé au moment du crime, âgé aujourd'hui 5 ans

 

 

 

Karla Faye Tucker (exécutée)

Date de naissance : 18 novembre 1959
Date du crime : 16 juin 1983
Age au moment du délit : 23 ans
Date de l'exécution : 3 février 1998
Age au moment de l'exécution : 38 ans

Karla Faye Tucker est la première femme exécutée au Texas depuis 1863. Elle a été condamnée en 1983 pour un double meurtre.

Droguée, prostituée, elle n'a dans un premier temps exprimé aucun remord, avant de radicalement changer.

Malgré les appels du parlement européen, du pape, des Nations Unies, des organisation abolitionnistes et d'une partie des chrétiens conservateurs américains, le gouverneur George W. Bush a refusé de la gracier, quinze minutes avant sa mort.

 

Elle a été exécutée le 3 février 1998, dans la prison du centre-ville de Huntsville, à 18h45 (0h45 GMT).

"Je vais me retrouver face à face avec Jésus maintenant. Je vous aime tous beaucoup, je vous verrai que vous viendrez".

 
«  July 2017  »
MonTueWedThuFriSatSun
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31

Multimedia

Stretch

Recent Entries

  • See all articles
  • Clip et paroles - Les dix Commandements - Gini Line - Le Dilemme
  • Les plus gros gains du loto jamais réclamés
  • Clip musique - Explication des paroles - Alain Bashung - Ma petite entreprise
  • Résumé explication du Film - Fausta (2009) - de Claudia Llosa
  • Pourquoi les allergies explosent-elles en France ?
  • Méthode pour nettoyer ses toilettes sales et entartrées
  • PS3 - Codes - Astuces - Pro Evolution Soccer 2012
  • La malédiction de la série Arnold et Willy
  • Histoire - La période de la Renaissance - Définition – Documentaire
  • Clip video - Paroles - Lyrics - Rihanna - Only Girl In The World Live @ Graham Norton Show
  • Menu

  • Home
  • Photo Album
  • Profile
  • Archives
  • RSS
  • Promo Video(FR / EN)
  • Image Gallery
  • Categories

  • Bêtisier divers
  • Clips musicaux et paroles
  • Codes Jeux vidéos
  • Faits Divers
  • Humanisme et Renaissance
  • Les classements
  • Meilleurs fillms hispaniques
  • Meilleurs films d'horreurs
  • Musique Dessins animés
  • Musique film et pub
  • Philosophie Antique
  • Protection des animaux
  • Questions pour un champion
  • Santé, Vertus des plantes, fruits et légumes
  • Seconde Guerre Mondiale 39-45
  • Secret de Beauté
  • Série et émission Tv
  • Friends (0)

    Weather

    Counter