La demande en Chine, principal consommateur de tels produits "est l'une des principales menaces pesant sur le tigre de l'Amour", car elle encourage le braconnage dans l'Extrême-orient russe ou vivent la plupart des tigres de cette sous-espèce, souligne Alexeï Vaïsman, coordinateur du programme TRAFFIC du Fonds mondial pour la nature (WWF) en Russie.

Le problème doit être abordé lors du sommet de treize pays abritant le tigre à Saint-Pétersbourg auquel participeront mardi les Premiers ministres russe Vladimir Poutine et chinois Wen Jiabao.

Selon une étude conduite dans sept villes chinoises en 2007, 43% des personnes interrogées ont consommé des produits contenant des parties du félin dont